Category Archives: Actualité

#DigitalMtl ma 1ère revue depuis le Québec pour FrenchWeb

Share Button

Le Canada, terrain favorable pour entreprendre, zoom sur les startups Busbud et LightSpeed chez FrenchWeb, J’y parle aussi de FounderFuel et plein d’autres sujets.

Share Button

Hey Google+ vanity URL, nice prank

Share Button

That made my day!

So I’m eligible for a Google+ vanity URL, it’s started to be released a few weeks ago and it’s one the key anchor of your digital ID: your name in plain searchable letters. Google was even kind enough to keep the Ÿ in my name: google.com/+CharlesNouÿrit

And that is where it starts to be funny, and made me wonder if it wasn’t a subtile way for Google to prove that finally, we can trust their « Don’t be Evil » moto, and all of those Snowden and NSA PRISM scandals was not that much of a vaporware. On the other hand it also ask the quality of indexation of Google’s algorithm. I’ve been blessed or doomed the day I came to life by one of the really rare and complicated name in the world, in a way that make you proud of it because I’m the only humain in the world named: Charles Nouÿrit /nu.i.ʁit/ and in the other hand, having to answer on an almost everyday basis the same perennial question: How do you spell your name ??!!??? Ok… then, and how do you prononce it? The worst is for my only-english speaking friends « ouÿ » do not fit well in an english mouth… ;)

I know there is worth than that, I had a friend named Wieczoczk /vje.rɔ.tʃɛk/ Good luck with that one too… We both agree that above a specific point of complecity, we were in trouble.

So Google, I’d really like to know that when claiming my vanity URL, you’re asking me to ADD a few characters to my name because according to you they’re is other people in the world with the same name as mine… Seriously ??!!??? Nice prank, but that a fail :(

My name is hard enough to wear on a daily basis that can’t wish anyone else to have the same.

Hey Google+ vanity URL, nice prank

Share Button
Tagged , , , ,

Prédation de l’innovation : une exception française ?

Share Button

« La France, n’a pas de pétrole mais a des idées », disait Valéry Giscard d’Estaing en 1978. En 2013, la tendance semble être au pillage des idées par les Grands Groupes français.

Depuis quelques années, le quotidien d’entrepreneurs de jeunes pousses innovantes commence à ressembler davantage à un cauchemar qu’à un rêve.

Au cours de l’année 2012, nous avons vu des entreprises innovantes être victimes des « méthodes » de certains Grands Groupes français qui s’apparentent à la prédation plus qu’au partenariat. Le schéma classique consiste, pour ces Grands Groupes, à « travailler » quelques temps avec une startup, juste assez longtemps pour en tirer le maximum d’informations, puis à lancer leur propre service, laissant « mourir » leur jeune partenaire.

Il est facile d’en citer cinq qui ont subi ces déboires en 2012. Certaines histoires sont publiques, telles que les démêlés (*) de AppsGratuites avec SFR et TechToc TV face à la Caisse des Dépôts et Consignations, d’autres, qui n’ont pas médiatisé leurs mésaventures, ont depuis disparu.

Dans le contexte économique actuel, où la nécessité pour la France est d’être compétitive, donc innovante, il apparaît nécessaire et urgent que notre pays se dote d’un code de bonne conduite afin d’aller vers une plus grande loyauté et solidarité entre les entreprises, fondées sur une communauté d’intérêts et ce, dans une perspective à moyen et long terme.

Une charte éthique posant les bases des bonnes pratiques entre les entreprises, quels que soient leur taille et leur secteur d’activité, doit avoir pour but d’améliorer le climat des relations interentreprises et, plus spécifiquement, celui existant aujourd’hui entre les Grands Groupes et les entreprises innovantes.

Cette charte, dont la liste des signataires serait d’une part publique et d’autre part contrôlée, aurait pour finalité d’envisager les collaborations et les partenariats interentreprises de manière sereine et constructive, pour l’ensemble des acteurs économiques du pays.

 

Trois points fondamentaux pourraient constituer le socle d’une telle charte : la confiance, le temps et l’argent.

La confiance

En France, il est impossible de déposer un brevet pour une idée ou un concept, comme c’est le cas en Amérique du Nord. Ce sont justement ces idées innovantes que les Grands Groupes viennent chercher auprès des startups qui ont su créer de la valeur, en ayant une vision renouvelée du monde qui nous entoure, afin de répondre au plus près aux nouveaux usages dans des délais très courts.

Il est indispensable que les relations entre Grands Groupes et entreprises innovantes se fassent en toute confiance. Ainsi, en ouvrant les portes de ses solutions innovantes, la jeune entreprise aurait la certitude de ne pas servir qu’à former les équipes des Grands Groupes, désireux de capter l’innovation en interne, et de la ressortir ensuite, mais d’évoluer avec elles vers une réelle collaboration.

Certes, il est possible d’établir des accords de confidentialité et d’autres sur les droits relatifs à la propriété intellectuelle présentée par l’entreprise innovante, en amont de la collaboration. A elle seule, l’année 2012 semble prouver que ce n’est pas suffisant, les Grands Groupes ayant les moyens de résister à des procès qui peuvent durer plusieurs années, tout en développant l’innovation volée, ce qui signifie la mort de la startup.

Le temps

Pour les sociétés high­tech, le temps est le nerf de la guerre. Être agiles leur permet d’avoir une grande vitesse d’exécution aboutissant à une mise sur marché en quelques mois seulement. Totalement à l’opposé des processus des Grands Groupes, dont les modèles d’affaires établis génèrent de très gros revenus, qui leur permettent de prendre leur temps : ils seront encore en affaires dans un an ou deux. Malheureusement, il n’est pas rare de voir s’écouler de six mois à un an entre la signature d’un accord et le début effectif de la collaboration. Un délai intenable pour une jeune société.

Afin d’optimiser la collaboration entre les parties, il est indispensable d’adopter une démarche pragmatique et de ne pas imposer systématiquement aux entreprises innovantes les usages et processus des Grands Groupes.

Il me parait indispensable que les Grands Groupes soient capables de travailler en microcellules, réunissant deux à trois intervenants parfaitement qualifiés pour la mission qui leur est confiée. Trop souvent, le jeune entrepreneur se retrouve à devoir « former » ses interlocuteurs, ce qui, outre la perte de temps considérable, est également synonyme de perte d’argent.

L’Argent

Si l’on veut que la France conserve ou retrouve sa place parmi les leaders mondiaux de l’innovation, il nous faut absolument rentrer dans un cercle vertueux alliant éthique et rachat de l’innovation. Il est clair qu’un Grand Groupe qui rachète une entreprise innovante lui donne les moyens de se développer beaucoup plus vite, encore faut­-il la laisser s’épanouir.

Racheter une jeune pousse ce n’est pas seulement racheter une techno, une innovation, un portefeuille de clients, une traction… C’est aussi et surtout racheter la vision de l’entrepreneur ! Vision indispensable au succès de l’innovation ; on a vu trop souvent de Grands Groupes sortir de pâles copies pour finalement les fermer, faute de vision.

Racheter une entreprise innovante, c’est également participer de façon vertueuse au développement de l’écosystème, un excellent moyen pour encourager l’innovation.

Si certains Grands Groupes continuent de piller les jeunes pousses françaises, quel sera l’intérêt pour leurs entrepreneurs de prendre tous les risques à innover ? D’autant plus que ce sont souvent ces mêmes entrepreneurs qui, lorsqu’ils ont réussi à survivre puis à revendre leur structure, financent l’innovation en France : Xavier Niel, Marc Simoncini, Jacques­-Antoine Granjon, Jean­-David Blanc, Pierre Chappaz, en sont quelques exemples.

En conséquence, je pense que par une attitude volontariste des parties prenantes, à savoir les Grands Groupes, les ETI/PME/TPE innovantes, l’adoption et la publication d’une Charte de collaboration éthique vis­ à vis de l’innovation ne peut que dynamiser le développement et la croissance de l’écosystème.

Je suis sûr que ces parties prenantes auront à cœur de collaborer ensemble à la rédaction et à la mise en œuvre d’une telle charte.

Si aujourd’hui, je réactive mon blog pour parler des relations Grands Groupes et Jeunes Entreprises Innovantes, c’est que MyId.is Certified a aujourd’hui assigné le Groupe La Poste pour exclusion illicite du consortium et atteinte à ses droits de propriétés intellectuelles.

Ce sont au final deux années de partenariat gâchées et la sortie par le Groupe La Poste, seul, d’une solution de certification d’identité numérique, qui aurait du voir le jour au sein du consortium.

Si, de facto, je suis relevé de mon devoir de confidentialité, mon propos, ici, est un appel à une prise de conscience collective de cette exception française qui s’apparente à des pratiques d’un autre temps que je souhaite voir disparaître.

Je formule le souhait que ma propre mésaventure serve, aujourd’hui tant aux entrepreneurs innovants qu’aux dirigeants de nos Grands Groupes, d’exemple et que, rapidement, se mettent en place les bonnes pratiques pour qu’émergent des entreprises solidaires pour une France compétitive !

 

Rappel des faits de l’expérience de MyID.is Certified avec le Groupe La Poste :

Début juin 2009, mon entreprise est contactée par la DIDES (Direction de l’innovation et du développement des e­services au niveau corporate du Groupe La Poste), qui se déclarait intéressée par une collaboration, pour développer un projet de certification d’identité numérique, dans le cadre de « l’Appel à projets sur les services innovants du web » lancé par Nathalie Kosciusko­-Morizet, secrétaire d’Etat chargée de la Prospective et du Développement de l’économie numérique sous Nicolas Sarkozy.

L’idée centrale de ce projet était en effet de reprendre le système de vérification de MyID, pionnière sur le domaine de la certification de l’identité numérique depuis 2007 avec plusieurs milliers d’utilisateurs inscrits dans 37 pays, en l’améliorant grâce à la capacité de La Poste de mobiliser sa flotte de facteurs, afin de délivrer « une identité numérique certifiée en lien avec l’identité réelle ».

Cela semblait une opportunité à ne pas manquer, et le 15 septembre 2009, nous avons eu la joie de faire partie des 44 lauréats de cet appel à projet. Cela signifiait pour nous la possibilité de passer à une autre étape dans le développement de notre activité en réalisant, entre autres, une expérimentation grandeur nature sur l’ensemble du territoire de l’Essonne.

Le 17 mars 2010, nous commençons notre première réunion de travail, soit six mois après avoir été lauréat…

Un premier projet d’accord de consortium, rédigé par La Poste, ne commence à circuler qu’à partir du 9 avril 2010.

Entre mars et juin 2010, nous nous rencontrons régulièrement pour définir le cadre de l’expérimentation repris par la DAIC (Direction des Activité Internet du Courrier du groupe La Poste), et la valeur ajoutée résultant de notre collaboration qui fait partie des propriétés intellectuelles communes.

Il faudra ensuite attendre la fin de l’année 2010 pour avoir les éléments nécessaires au développement de la plateforme d’expérimentation dont la première version sera livrée en deux mois !

Il nous aura donc fallu 1 an après avoir été lauréat pour créer la première version du site…

Le 31 mars 2011, l’accord de consortium est signé, soit après presque deux années !

S’en suit le début d’une très longue série de problèmes, tous plus ubuesques les uns que les autres, que je ne listerai pas ici, et qui débouchera sur la fin de notre collaboration.

Enfin, moins d’un mois après notre éviction du consortium, courant Novembre 2011, le Groupe La Poste lance sa propre plate­forme de certification de l’identité numérique qui n’a pas de spécificité par rapport au projet développé avec MyID au sein du consortium.

A la réflexion et d’un point de vue purement factuel, je ne peux que m’interroger sur les intentions initiales du Groupe La Poste lorsqu’il nous a demandé de participer à ce projet…

 

Charles Nouÿrit

Fondateur & PDG
MyID.is Certified
charles@myid.is

Je vous propose d’utiliser #CGGJEI pour suivre les conversations.

(*) EDIT 13/02/2013 : FriendsClear avec Renault et Crédit Mutuel Arkéa a été résolue depuis

Share Button
Tagged , , , , , , ,

VENDUE !!!!! Harley-Davidson XL1200X Forty Eight de juin 2011

Share Button

A VENDRE Harley-Davidson XL1200S Modèle 48 de juin 2011

La vie réserve de belles surprises et elle m’en a réservé une belle il y a 1 an déjà. Du coup, je pars développer mes activités professionnelles au Québec pour plusieurs mois. Et plutôt que de laisser pourrir ma moto dans un garage en attendant un éventuel retour de ma part, histoire de lui rappeler qu’une moto et surtout une Harley c’est fait pour vivre sur la route et se fondre avec son motard, je me sépare de mon Sportster Forty-Eight avec son look unique directement inspiré des Sportsters des années 48, quand le réservoir Peanut a fait son apparition.

Il s’agit d’un 1200cc pour 260 kilos, cette machine est d’une très grande maniabilité, un parfait équilibre entre ce que le vintage offre de cachet et ce que la technologie apporte à la machine grâce à son injection. Plus basse que les autres 1200 de la gamme, une selle totalement rétro, sa position de conduite est très agréable, avec son centre de gravité rabaissé, que ce soit pour de longues balades sur les petites nationales de France ou sur l’autoroute. Elle se faufile aussi partout avec ses rétroviseurs inversés qui permettent de passer sans encombre lorsque l’on remonte les files d’embouteillages, annoncé par le doux ronronnement du fameux bruit Harley, mis en valeur par les pots Kess-Tech qui peuvent être ouverts ou fermés d’un simple tour de clef, histoire de ne pas trop déranger ses voisins. Comme le disent les flics de Chicago qui roulent en échappements libres dans leur ville : « Loud pipes save life ».

Après avoir installé les pots, il était tout naturel de la passer en Stage 1, histoire de bénéficier de 20% de couple de plus que la version sortie d’usine (version Stock), donc modification de l’injection avec une cartographie Screaming Eagle Performance Parts et, enfin, changement des poumons de la machine pour qu’elle puisse libérer pleinement sa puissance nouvellement acquise. Je lui ai donc mis un filtre à air beaucoup plus gros, toujours de chez Screaming Eagle Performance Parts.

Après, viennent les finitions et autres petits détails qui rendent cette moto unique. Bien évidemment, déport de la plaque à l’arrière de la machine, modification des poignées et des cale-pieds avant et arrière par la série Diamond en aluminium, rajout d’une sacoche latérale Old School pour stocker le pantalon de pluie et quelques bricoles toujours utiles quand on fait de la route, déport du compteur sur le côté gauche du réservoir (à l’ancienne) pour dépouiller le haut de la fourche et modification de la position du phare pour l’inclure un peu plus dans la fourche, ce qui lui donne un look encore plus compact. Et pour finir, marquage du lettrage Harley-Davidson en blanc. J’avais plein d’autres modifications de prévues, si ça vous intéresse, je vous montrerai la liste et comment les commander.

Bref, vous l’aurez compris, j’illustre bien la maxime : « la différence entre les enfants et les adultes, c’est le prix de leurs jouets ». Et ce Sportster est un vrai jouet qui n’attend que vous !

 

La moto a environ 10200 km au compteur, première main, lavée et bichonnée toutes les semaines, n’a jamais dormi dehors, sous garantie Harley encore 1 an, carnet de révisions à jour et tamponné, autant utilisée dans Paris que sur route, son rodage a été fait en une étape de 800 km d’autoroutes.

Plus de 4000 € de customisation :
– Stage 1 avec cartographie Screaming Eagle Performance Parts
– Pots Kess-Tech avec réglage du bruit
– Filtre à air Performance Parts de Screaming Eagle
– Selle vintage HD
– Poignées et cale-pieds avant et arrière Diamond Series
– Sacoche latérale
– Déport du compteur sur le côté
– Déport de plaque latérale avec plaque custo
– Kit d’intégration du phare dans la fourche
– Suppression des catadioptres de fourche
– Marquage en blanc des pneus HD
– Filtre à air et support compteur d’origine disponibles

 

A VENDRE 15 000 12 000 €

A VENDRE Harley-Davidson XL1200S Modèle 48 de juin 2011 plse RT http://t.co/dtX0JG1p

@Charles_Nouyrit: A VENDRE Harley-Davidson XL1200S Modèle 48 de juin 2011 plse RT http://charles.nouyrit.com/2012/06/13/a-vendre-harley-davidson-xl1200s-modele-48-de-juin-2011/

@Charles_Nouyrit: A VENDRE Harley-Davidson XL1200S Modèle 48 de juin 2011 plse RT http://charles.nouyrit.com/2012/06/13/a-vendre-harley-davidson-xl1200s-modele-48-de-juin-2011/

@Charles_Nouyrit: A VENDRE Harley-Davidson XL1200S Modèle 48 de juin 2011 plse RT http://charles.nouyrit.com/2012/06/13/a-vendre-harley-davidson-xl1200s-modele-48-de-juin-2011/

@Charles_Nouyrit: A VENDRE Harley-Davidson XL1200S Modèle 48 de juin 2011 plse RT http://charles.nouyrit.com/2012/06/13/a-vendre-harley-davidson-xl1200s-modele-48-de-juin-2011/

@Charles_Nouyrit: A VENDRE Harley-Davidson XL1200S Modèle 48 de juin 2011 plse RT http://charles.nouyrit.com/2012/06/13/a-vendre-harley-davidson-xl1200s-modele-48-de-juin-2011/

@Charles_Nouyrit: A VENDRE Harley-Davidson XL1200S Modèle 48 de juin 2011 plse RT http://charles.nouyrit.com/2012/06/13/a-vendre-harley-davidson-xl1200s-modele-48-de-juin-2011/

@Charles_Nouyrit: A VENDRE Harley-Davidson XL1200S Modèle 48 de juin 2011 plse RT http://charles.nouyrit.com/2012/06/13/a-vendre-harley-davidson-xl1200s-modele-48-de-juin-2011/

@Charles_Nouyrit: A VENDRE Harley-Davidson XL1200S Modèle 48 de juin 2011 plse RT http://charles.nouyrit.com/2012/06/13/a-vendre-harley-davidson-xl1200s-modele-48-de-juin-2011/

@Charles_Nouyrit: A VENDRE Harley-Davidson XL1200S Modèle 48 de juin 2011 plse RT http://charles.nouyrit.com/2012/06/13/a-vendre-harley-davidson-xl1200s-modele-48-de-juin-2011/

@Charles_Nouyrit: A VENDRE Harley-Davidson XL1200S Modèle 48 de juin 2011 plse RT http://charles.nouyrit.com/2012/06/13/a-vendre-harley-davidson-xl1200s-modele-48-de-juin-2011/

Share Button

La 3ème guerre mondiale sera-t-elle civile ?

Share Button

À y regarder de plus près avec toutes ces crises économiques sans précedent qui se succèdent depuis quelques années, avec des banques qui mélangent les genres, à jouer sur les marchés financiers tout en n’assurant plus leur rôle traditionnel qui consiste à gérer le patrimoine de leurs clients et surtout leurs fournir des crédits nécessaires à l’investissement, gages de croissance et qui sont depuis quelques années, systématiquement, sauvées in extremis par les États, à l’exception de Lehman Brothers, qui a d’ailleurs propagée une petite brise de panique dans le milieu bancaire mais bien vite oubliée, entrainés qu’ils étaient de nouveau dans leur course folle aux profits… l’on est de plus en plus en droit de se demander de quoi sera fait demain ? Je dirai même qu’il en va de notre devoir de citoyen.

L’avenir de notre économie me fait peur… voir même TRÈS peur… De nature optimiste, à toujours voir le verre à moitié plein, toujours près à me lancer dans de nouvelles aventures, je ne peux m’empêcher en regardant autours de moi, de penser à acheter le plus vite possible un petit lopin de terre si je veux pouvoir continuer, ne serait-ce qu’à m’alimenter dans le futur…

Vous me direz, peut-être, que je ne suis qu’un hurluberlu, voir un illuminé !
Mais lorsque je m’aperçois qu’une banque comme Goldman Sachs est prête à falsifier les comptes d’un pay tel que la Grèce, et je ne parle pas d’une petite PME, mais bien d’un PAYS avec un produit intérieur brut (PIB) de plus de 300 milliards de dollars !!!! On en voit le résultat avec la crise que rencontre ce pays au bord de la cessation de paiement

Que cette même banque a joué un rôle majeur dans la crise des Subprimes qui a ruiné des millions d’américains en les jettant à la rue, qui a coûté plus de $500 milliards et entrainé des recapitalisations banquaires de plus de $300 milliards, poussant même des États tels que le Royaume-Unis, pourtant l’un, si ce n’est LE plays, le plus liberal au monde, à nationnaliser des banques comme Nothern Rock, suivie par la France et Belgique avec Dexia, mais aussi Freddy Mac et Fannie Mae aux Etats-Unis et Fortis en Europe. Et que Goldman Sachs place ses collaborateurs à des postes financiers et politiques qui leur permettent de noyauter la finance mondiale !!!

Que je vois aussi les agences de notations qui se font les complices de la finance internationale, en certifiant AAA des produits tels que les subprimes ou les comptes de pays qui sont au bords de la faillite, je prends de plus en plus peur…

Que je vois également que de GRANDS pays industrialisés, dit « occidentaux », tels que le Japon qui a une dette equivalente à 250% de son PIB, que ce pays doit donc emprunter pour financer sa dette et pas à des taux de 1% ou 1,5% mais plutôt à 5% ou 6% ce qui implique que le Japon, ne serait-ce que pour payer les intérêts de sa dette, doit avoir une croissance d’au moins 12,5% par an… or ce n’est absolument plus le cas depuis 1995… C’est même plus grave que ça, la croissance du Japon est tellement mauvaise sur les 17 dernières années, que le pays vient seulement de retourner au même PIB qu’en 1995 !!!!!
Comment le Japon va-t-il assurer son avenir économique ? Comment le Japon va-t-il rembourser avec sa population vieillissante ? Dans combien de temps le Japon fera-t-il défaut ?

Mais le Japon est TOUT SAUF UN CAS ISOLÉ, les Etats-Unis ont maintenu artificiellement une croissance de 5% depuis des années, afin de « sauver » le Rêve Américain, mais aujourd’hui ils se retrouvent avec 20% de chômeurs indemnisés 27 semaines et 15% de sa population qui vis seulement avec des tickets alimentaires, soit 47 millions de personnes (armées car ils le sont tous ou presque), avec une dette équivalente à 150% de leur PIB, soit entre $20 000 et $25 000 milliards !!!!! Comment vont-ils pouvoir la rembourser ??? En augmentant leurs impôts, certes très bas depuis longtemps, et en entrant dans une très longue phase de récession qui ne leur permettra même pas de payer les intérêts de leur dette ??? Ne va-t-on pas assister à un MASSACRE à la vue du nombre d’armes en libre circulation ? L’État ne peut plus continuer à faire fonctionner la machine à billet sans s’endetter… Idem pour la plus part des pays Européens, le premier sur la liste étant la Grèce, mais il y a aussi l’Italie avec son économie gangrénée par la Mafia, l’Espagne, le Portugal, la France, etc…

Nous n’avons aucun point de comparaison et de référence concernant LA crise mondiale que nous subissons, rien à voir avec les crises de 1929, de 1970… Et nos politiques ne font qu’appliquer des modèles qu’ils ont appris à l’école il y a 40 ou 50 ans… démontrant une grande incompétence face aux enjeux majeurs auxquels notre planète est aujourd’hui confrontée… Quand je vois que le type qui est à l’origine de la crise des subprimes, qui a mené sa banque et un certain nombres de pays à la faillite, a touché l’année dernière $900 millions de salaire !!!!!!!!!!!! Oui vous avez bien lu…
Aujourd’hui AUCUN politique n’a les « couilles » nécessaires pour faire comme Churchill ou De Gaule et lancer une réforme mondiale de la finance en la dissociant des banques pour que les sociétés qui « jouent » en bourse et qui perdent, n’entrainent pas dans leur chute l’économie mondiale. Il nous faut ré-inventer le système économique mondial.

Voltaire a dit en 1729 : « Qu’une monnaie papier qui est basée sur la confiance que le peuple a dans l’État qui l’émet, retourne invariablement à sa vraie valeur qui est ZÉRO ! ». Fort de ça l’on peut dire qu’aujourd’hui, le dollars, l’euro, le yen, etc… ne valent même pas le prix du papier sur lequel ces monnaies sont imprimées… Que va-t-il se passer quand au-delà d’une récession nous serons victimes d’une dépression mondiale, puisque notre modèle économique est mondial… Comment les banques vont pouvoir rembourser, que va-t-il se passer lorsque l’on va se trouver dans un défaut de paiement généralisé ? Que va-t-il se passer lorsque les créancier de ces dettes, qui ne sont au final que les citoyens du monde qui financent la course à l’échalote des banques avec leurs économies, auront tout perdu ???

Allons-nous assister  à la prise d’armes par l’ensemble des citoyens du monde afin de se défendre, ne serait-ce que pour se nourrir… Mad Max était-il une prémonition ou une fiction ?

Share Button
Tagged , , , , , , , , , , , ,

La version anglaise de Wikipedia est fermée pour lutter contre SOPA et PIPA…

Share Button
La version anglaise de Wikipedia est fermée pour lutter contre SOPA et PIPA… si seulement les sites français avaient eu le même courage pour lutter contre Hadopi et la suppression du statut JEI
Pour en savoir plus: http://en.wikipedia.org/
La version anglaise de Wikipedia est fermée pour lutter contre SOPA et PIPA... by Charles Nouÿrit
Share Button
Tagged , ,

Elle est vraiment douée Anne-Sophie Lapix

Share Button

Share Button
Tagged ,

WORLD’S WORST/BEST LOVERS

Share Button

A poll of 15,000 women that rated the world’s best and worst lovers gave those results:

WORLD’S WORST LOVERS:

1. Germany (too smelly)
2. England (too lazy)
3. Sweden (too quick)
4. Holland (too dominating)
5. America (too rough)
6. Greece (too lovey-dovey)
7. Wales (too selfish)
8. Scotland (too loud)
9. Turkey (too sweaty)
10. Russia (too hairy)

WORLD’S BEST LOVERS

1. Spain
2. Brazil
3. Italy
4. France
5. Ireland
6. South Africa
7. Australia
8. New Zealand
9. Denmark
10. Canada

Ladies you know where to spend your next holidays ;)
Seen in the Huff Post

Share Button