Un Jean Coutu virtuel à Longueuil

Share Button

Virtual store à Longueuil pour Jean Coutu #omnichannels

Share Button

#DigitalMtl ma 1ère revue depuis le Québec pour FrenchWeb

Share Button

Le Canada, terrain favorable pour entreprendre, zoom sur les startups Busbud et LightSpeed chez FrenchWeb, J’y parle aussi de FounderFuel et plein d’autres sujets.

Share Button

The future of Commerce, where eCommerce and retailers reach to the melting point

Share Button

First, let’s agree that e-Commerce, m-Commerce, s-Commerce, Catalogues, Order-by-Phone, etc. are all in the end different channels for Commerce, the act of selling something by any legal means to someone and making a profit out of it.

The digital revolution is touching every single market of the old economy. After music, cinema, the retail market has been in a deep mutation for the past 10 years.

Amazon is seen today as the one to kill when it comes to retail, which is the main threat to any traditional retailers mutating slowly but surely from a post-industrial revolution century to the digital world, where the leaders are Wal-Mart, Carrefour and Tesco, and where new players can take 5 to 7 years to grow from zero to billions in revenue. Welcome to the new world without any space and time limitation to sell anythings, anywhere, anytime.

We’re open 24H – WorldWide

The way customers used to buy stuff by going ONLY to stores is dying at an increasing rate since 2004. Customers must no-longer be considered as market segments isolated in those silos while completely missing that the customers behaviors have evolved and still is, as digital native live in a 24/7 opened world with no limitation of time and space, moving to the multi-channel experience.

In 2008, study showed that in the past, consumers typically obtained all their channel services from a single integrated channel at all stages of their decision process, but in the last decade, the use of different channels at different stages of the decision process has become popular. It is straightforward that customers have rapidly expanded their channel experiences and preferences beyond traditional channels (such as stores) and they expect the company with which they do business with to have a presence on all these channels (Blattberg, Kim and Neslin, 2008 p. 636).

It means that a daily customers buying experience goes from dropping a few coins to buy a coffee and a croissant in the morning, to pay his parking ticket with a mobile dedicated apps, to order his grocery online with his Visa and then pick it up at the drive-in after work, to buy music with a single password, or to buy virtual goods like tickets for the next U2 gig trough a QR Code, or even scanning the barcode of that bottle of milk to add it in his next grocery order.

Traditional retailers have evolved and are now providing a complete cross-channel experience from acquisition to delivery with a full range of services to accommodate the customers’ buying experience.

Still, retailers have yet to finish their mutation, they’ll have to revamp the entire sales channels, and not only implement the digital channels over their old and traditional business.

I deeply believe that retailers will have to provide a fully optimized omni-channel customers experience that will match the following points to maximize their ROI in the next 5 years:

  • Unification of dispatched inventories to allow cross-selling channels. We have that specific items your looking for in our warehouse or in that store around the corner, do you want to pick it up or have it delivered somewhere? Traditional Point-of-Sales (POS) must also act as shipping warehouse to provide strategic services like 1h-delivery to your door.
  • Traditional stores, only in heavily crowded physical spots, with a one-to-one personalized customers experience, thanks to your customer history in POS, but with also Web-to-Store, Scan&Save, Express Checkout, Click&Collect experiences. We all have a favorite restaurant where we’re going to on a regular basis. The owner calls you by your first name, knows your favorite table and your tastes. He always has a little something free for you on the side to enhance your experience, and will always be friendly on your checkout options. But he also knows that you’re mostly going to choose the same things days after days. eCommerce offers all kinds of shipping methods but 82% of the customers will always choose the regular one (Source: Poste Canada); as to the fact that they will be offered the possibility of shipping to different addresses, they will keep the same address 83% of the time. By better knowing and addressing their customers with an omni-channels experience, retailers will have a better knowledge of their customers behaviors and will be able to address them better, and with an immediate return on their investment by increasing in-store sales as much as online sales, Scan&Save (coupons 2.0) in your drive-to-store strategy, also providing a Store-to-Web experience letting customers have more info on the product like reviews-comments-notations-benchmark (infos already provided on the eCommerce platform of the retailer), Self-checkout process or through any salesperson in the shop, see the Apple Store, HMV, SephoraNeiman Marcus, Sport Chek, experience.
  • Showrooms, the question every traditional retailer should have is why maintaining over-expensive traditional stores where there isn’t huge natural crowds around as there are in shopping centers? Customers will only be show-rooming and then buy somewhere else, online it’s called Browser Shopping and it’s also the 1st case of Abandonment Carts (99% dropout rate on 1st visit – SeeWhy 2013). The evolution is to only maintain the minimum inventory locally, in more small stores, to let clients see the different products, try them on, see what the quality of the product is. This process is mandatory for some customers. But in Showrooms, retailers can also provide enhanced and unique customers experience. Checkout what the great platform LightSpeed Retail have built over the past 8 years, or the customers experience at Les Quatres Temps, Hoinster, Bonobo or House of Frazer. Don’t forget Web-to-Showroom strategies either, start online with your virtual personal shopping assistant, then check-it out at the showroom.
  • Pick-up points, is the new hot thing in Europe and Asia. Not sure to see it growing that big in North America though, as there is one thing they don’t lack: space ! But in NYC, LA, Boston and all major cities, retailers could provide their customers with that solution. In 2000, I took the lead at AligaStore, I re-oriented the strategy to a Click&Collect solution for books, CDs, DVDs in 1500 book stores in France. Looking for a book? There’s one at the book store around the corner of your location! Pay now and pick it up when you want at the cashier. Can any shipping company beat that delivery deal?
  • Pop-up Stores & Virtual Stores, well that’s my favorite part in this strategy. I like it so much that it has its own paragraph!

But as of today, traditional retailers are mostly only followers and not innovators!

We’re open 24H – WorldWide – Anywhere on/off line

Have you ever heard of Yihaodian controlled by Walmart? If you’re a traditional retailer, here’s your new threat, if you’re in eCommerce, get inspired!

Within five years of its launch, in July 2008, Yihaodian has increased its selection from 3,000 stock-keeping units to over 2 million, from 1 fulfillment center in Shanghai to 17 in 7 cities, revenue from 4 million yuan ($650K) to over 6 billion yuan ($1billion!!!), and employees from 40 people to over 9,000.

Yihaodian, which started as an online supermarket by offering mostly fast-moving consumer products, now boasts categories ranging from consumer electronics, apparel, books to mom and baby products.

What was their secret sauce?

Virtual Stores and QR Codes, exactly 1000 Virtual Stores. And that strategy put them #1 above Carrefour and Tesco in China!!

Pop-up stores are unbeatable for user experience and when it comes to put stores where it’s too crowed, like a in subway station where people have nothing to do but to wait for the next train. Thanks to QR Code, yep those good ol’QR Codes that a lot of people called dead even before it could make it to mass market, customers are now able to shop like in any grocery, and the « funny » thing is that Tesco used that strategy to grab the #1 place on the South Korean market in 2012. But still when it comes to provide more and more items Pop-up stores are limited compared to Virtual stores.

The campaign was very successful, with more than 10,000 people scanning the QR codes.  New customer registrations increased by 76%, and online sales rose by 130%. Wondering when was the last time and eCommerce saw those figures? PayDragon is trying this way too in the US and sees revenue grow 35% per week with a customer acquisition price at only $2 and a touch of virale marketing. He’s CEO said that he expected to hear that the app was convenient, but he didn’t expect to have people to say the app is addictive…

QR Codes or Barcodes are bringing the stores to shoppers wherever they are IRL!!! Now online stores can be linked straight to customers when they’re offline « in the real world ». Pop-up stores are great, the ROI is unbeatable compared to any POS. But Pop-up stores and Virtual stores are only the beginning…

Traditional retailers have been embracing the digital world, now the digital world is embracing the real world. Connected SmartPhone are common things nowadays. Remember the iPhone was only born in 2007. Pop-up store is only the tip of the iceberg, it’s time to digitalize the real world and make it a giant POS. Imagine a world where you see an advertising for the latest XYZ famous brand of jeans, sadly there’s no store selling that brand in Canada, but the US eCommerce platform delivers to you door ; that printed advertising can be in a magazine, on a wall in the subway, at the bus-stop, at the vending machine, at the pop-up store, a barcode printed directly on the product, but also could be in a radio or TV commercial or a NFC signal… All of these points of contact are opportunities to grab that little momentum where buying is still 81% impulsive, before it becomes a thoughtful act where it’s going to be harder to close the deal. It’s also an occasion to A/B-test your sales channels. And that’s exactly what the Chinese eCommerce leaders are doing, transforming any points of contact with their customers in selling opportunities.

China was the Factory in the world, now they’re the best innovators in eCommerce. Never forget that Chinese are known to have invented commerce.

As of today, the most innovative leaders in omni-channels retail are Wal-Mart, Carrefour and Tesco.

I’m wondering when an eCommerce leader will buy one of those traditional retailers who have struggled to adapt so the business can be a valuable asset to acquire at the end of the road?

The next challenge for those new eRetailers will be to uniformise all the payement methods and to come up with the same omni-checkout experience from any supports and devices.

But first, they have to fix the checkout process -which didn’t evolve for the past 30 years and is still BROKEN, not performing right. Could you name any other store where 2 clients out of 3 willing to buy, walk out of the store without buying BECAUSE of the checkout process??!!???
That will be the subject of my next post.

Share Button
Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Hey Google+ vanity URL, nice prank

Share Button

That made my day!

So I’m eligible for a Google+ vanity URL, it’s started to be released a few weeks ago and it’s one the key anchor of your digital ID: your name in plain searchable letters. Google was even kind enough to keep the Ÿ in my name: google.com/+CharlesNouÿrit

And that is where it starts to be funny, and made me wonder if it wasn’t a subtile way for Google to prove that finally, we can trust their « Don’t be Evil » moto, and all of those Snowden and NSA PRISM scandals was not that much of a vaporware. On the other hand it also ask the quality of indexation of Google’s algorithm. I’ve been blessed or doomed the day I came to life by one of the really rare and complicated name in the world, in a way that make you proud of it because I’m the only humain in the world named: Charles Nouÿrit /nu.i.ʁit/ and in the other hand, having to answer on an almost everyday basis the same perennial question: How do you spell your name ??!!??? Ok… then, and how do you prononce it? The worst is for my only-english speaking friends « ouÿ » do not fit well in an english mouth… ;)

I know there is worth than that, I had a friend named Wieczoczk /vje.rɔ.tʃɛk/ Good luck with that one too… We both agree that above a specific point of complecity, we were in trouble.

So Google, I’d really like to know that when claiming my vanity URL, you’re asking me to ADD a few characters to my name because according to you they’re is other people in the world with the same name as mine… Seriously ??!!??? Nice prank, but that a fail :(

My name is hard enough to wear on a daily basis that can’t wish anyone else to have the same.

Hey Google+ vanity URL, nice prank

Share Button
Tagged , , , ,

How to achieve Good to Great, the road to success

Share Button

I’ve spent the first part of my life sailing, from 5 years old up to my early 22, I’ve started on Optimist with local regattas to end on a Star (Olympiques Class) with world championships. It’s been a 17 years amazing journey that taught me a lot of lessons about myself, first, but mostly about competition and what it demands to win. « The race ain’t over ’till you cross the line » used to say an old sailor/friend of mine. And I’ve learned it the hard way by breaking my mast 10 meters before never crossing the finale line at the 1st place…

Moonbeam
Moonbeam starting the Transat Classique 2012 at Saint-Tropez.

I could have written the following text by replacing the Bus in that allegory by Moonbeam that I skipped a long time ago and so many others.
I hope Jim Collins won’t mind that I republish his texte here as he already did an amazing work and it’s also what I firmly believe today as an entrepreneur:

You are a bus driver. The bus, your company, is at a standstill, and it’s your job to get it going. You have to decide where you’re going, how you’re going to get there, and who’s going with you.

Most people assume that great bus drivers (read: business leaders) immediately start the journey by announcing to the people on the bus where they’re going—by setting a new direction or by articulating a fresh corporate vision.

In fact, leaders of companies that go from good to great start not with “where” but with “who.” They start by getting the right people on the bus, the wrong people off the bus, and the right people in the right seats. And they stick with that discipline—first the people, then the direction—no matter how dire the circumstances. Take David Maxwell’s bus ride. When he became CEO of Fannie Mae in 1981, the company was losing $1 million every business day, with $56 billion worth of mortgage loans underwater. The board desperately wanted to know what Maxwell was going to do to rescue the company.

Maxwell responded to the “what” question the same way that all good-to-great leaders do: He told them, That’s the wrong first question. To decide where to drive the bus before you have the right people on the bus, and the wrong people off the bus, is absolutely the wrong approach.

Maxwell told his management team that there would only be seats on the bus for A-level people who were willing to put out A-plus effort. He interviewed every member of the team. He told them all the same thing: It was going to be a tough ride, a very demanding trip. If they didn’t want to go, fine; just say so. Now’s the time to get off the bus, he said. No questions asked, no recriminations. In all, 14 of 26 executives got off the bus. They were replaced by some of the best, smartest, and hardest-working executives in the world of finance.

With the right people on the bus, in the right seats, Maxwell then turned his full attention to the “what” question. He and his team took Fannie Mae from losing $1 million a day at the start of his tenure to earning $4 million a day at the end. Even after Maxwell left in 1991, his great team continued to drive the flywheel—turn upon turn—and Fannie Mae generated cumulative stock returns nearly eight times better than the general market from 1984 to 1999.

When it comes to getting started, good-to-great leaders understand three simple truths. First, if you begin with “who,” you can more easily adapt to a fast-changing world. If people get on your bus because of where they think it’s going, you’ll be in trouble when you get 10 miles down the road and discover that you need to change direction because the world has changed. But if people board the bus principally because of all the other great people on the bus, you’ll be much faster and smarter in responding to changing conditions. Second, if you have the right people on your bus, you don’t need to worry about motivating them. The right people are self-motivated: Nothing beats being part of a team that is expected to produce great results. And third, if you have the wrong people on the bus, nothing else matters. You may be headed in the right direction, but you still won’t achieve greatness. Great vision with mediocre people still produces mediocre results.

Share Button

Prédation de l’innovation : une exception française ?

Share Button

« La France, n’a pas de pétrole mais a des idées », disait Valéry Giscard d’Estaing en 1978. En 2013, la tendance semble être au pillage des idées par les Grands Groupes français.

Depuis quelques années, le quotidien d’entrepreneurs de jeunes pousses innovantes commence à ressembler davantage à un cauchemar qu’à un rêve.

Au cours de l’année 2012, nous avons vu des entreprises innovantes être victimes des « méthodes » de certains Grands Groupes français qui s’apparentent à la prédation plus qu’au partenariat. Le schéma classique consiste, pour ces Grands Groupes, à « travailler » quelques temps avec une startup, juste assez longtemps pour en tirer le maximum d’informations, puis à lancer leur propre service, laissant « mourir » leur jeune partenaire.

Il est facile d’en citer cinq qui ont subi ces déboires en 2012. Certaines histoires sont publiques, telles que les démêlés (*) de AppsGratuites avec SFR et TechToc TV face à la Caisse des Dépôts et Consignations, d’autres, qui n’ont pas médiatisé leurs mésaventures, ont depuis disparu.

Dans le contexte économique actuel, où la nécessité pour la France est d’être compétitive, donc innovante, il apparaît nécessaire et urgent que notre pays se dote d’un code de bonne conduite afin d’aller vers une plus grande loyauté et solidarité entre les entreprises, fondées sur une communauté d’intérêts et ce, dans une perspective à moyen et long terme.

Une charte éthique posant les bases des bonnes pratiques entre les entreprises, quels que soient leur taille et leur secteur d’activité, doit avoir pour but d’améliorer le climat des relations interentreprises et, plus spécifiquement, celui existant aujourd’hui entre les Grands Groupes et les entreprises innovantes.

Cette charte, dont la liste des signataires serait d’une part publique et d’autre part contrôlée, aurait pour finalité d’envisager les collaborations et les partenariats interentreprises de manière sereine et constructive, pour l’ensemble des acteurs économiques du pays.

 

Trois points fondamentaux pourraient constituer le socle d’une telle charte : la confiance, le temps et l’argent.

La confiance

En France, il est impossible de déposer un brevet pour une idée ou un concept, comme c’est le cas en Amérique du Nord. Ce sont justement ces idées innovantes que les Grands Groupes viennent chercher auprès des startups qui ont su créer de la valeur, en ayant une vision renouvelée du monde qui nous entoure, afin de répondre au plus près aux nouveaux usages dans des délais très courts.

Il est indispensable que les relations entre Grands Groupes et entreprises innovantes se fassent en toute confiance. Ainsi, en ouvrant les portes de ses solutions innovantes, la jeune entreprise aurait la certitude de ne pas servir qu’à former les équipes des Grands Groupes, désireux de capter l’innovation en interne, et de la ressortir ensuite, mais d’évoluer avec elles vers une réelle collaboration.

Certes, il est possible d’établir des accords de confidentialité et d’autres sur les droits relatifs à la propriété intellectuelle présentée par l’entreprise innovante, en amont de la collaboration. A elle seule, l’année 2012 semble prouver que ce n’est pas suffisant, les Grands Groupes ayant les moyens de résister à des procès qui peuvent durer plusieurs années, tout en développant l’innovation volée, ce qui signifie la mort de la startup.

Le temps

Pour les sociétés high­tech, le temps est le nerf de la guerre. Être agiles leur permet d’avoir une grande vitesse d’exécution aboutissant à une mise sur marché en quelques mois seulement. Totalement à l’opposé des processus des Grands Groupes, dont les modèles d’affaires établis génèrent de très gros revenus, qui leur permettent de prendre leur temps : ils seront encore en affaires dans un an ou deux. Malheureusement, il n’est pas rare de voir s’écouler de six mois à un an entre la signature d’un accord et le début effectif de la collaboration. Un délai intenable pour une jeune société.

Afin d’optimiser la collaboration entre les parties, il est indispensable d’adopter une démarche pragmatique et de ne pas imposer systématiquement aux entreprises innovantes les usages et processus des Grands Groupes.

Il me parait indispensable que les Grands Groupes soient capables de travailler en microcellules, réunissant deux à trois intervenants parfaitement qualifiés pour la mission qui leur est confiée. Trop souvent, le jeune entrepreneur se retrouve à devoir « former » ses interlocuteurs, ce qui, outre la perte de temps considérable, est également synonyme de perte d’argent.

L’Argent

Si l’on veut que la France conserve ou retrouve sa place parmi les leaders mondiaux de l’innovation, il nous faut absolument rentrer dans un cercle vertueux alliant éthique et rachat de l’innovation. Il est clair qu’un Grand Groupe qui rachète une entreprise innovante lui donne les moyens de se développer beaucoup plus vite, encore faut­-il la laisser s’épanouir.

Racheter une jeune pousse ce n’est pas seulement racheter une techno, une innovation, un portefeuille de clients, une traction… C’est aussi et surtout racheter la vision de l’entrepreneur ! Vision indispensable au succès de l’innovation ; on a vu trop souvent de Grands Groupes sortir de pâles copies pour finalement les fermer, faute de vision.

Racheter une entreprise innovante, c’est également participer de façon vertueuse au développement de l’écosystème, un excellent moyen pour encourager l’innovation.

Si certains Grands Groupes continuent de piller les jeunes pousses françaises, quel sera l’intérêt pour leurs entrepreneurs de prendre tous les risques à innover ? D’autant plus que ce sont souvent ces mêmes entrepreneurs qui, lorsqu’ils ont réussi à survivre puis à revendre leur structure, financent l’innovation en France : Xavier Niel, Marc Simoncini, Jacques­-Antoine Granjon, Jean­-David Blanc, Pierre Chappaz, en sont quelques exemples.

En conséquence, je pense que par une attitude volontariste des parties prenantes, à savoir les Grands Groupes, les ETI/PME/TPE innovantes, l’adoption et la publication d’une Charte de collaboration éthique vis­ à vis de l’innovation ne peut que dynamiser le développement et la croissance de l’écosystème.

Je suis sûr que ces parties prenantes auront à cœur de collaborer ensemble à la rédaction et à la mise en œuvre d’une telle charte.

Si aujourd’hui, je réactive mon blog pour parler des relations Grands Groupes et Jeunes Entreprises Innovantes, c’est que MyId.is Certified a aujourd’hui assigné le Groupe La Poste pour exclusion illicite du consortium et atteinte à ses droits de propriétés intellectuelles.

Ce sont au final deux années de partenariat gâchées et la sortie par le Groupe La Poste, seul, d’une solution de certification d’identité numérique, qui aurait du voir le jour au sein du consortium.

Si, de facto, je suis relevé de mon devoir de confidentialité, mon propos, ici, est un appel à une prise de conscience collective de cette exception française qui s’apparente à des pratiques d’un autre temps que je souhaite voir disparaître.

Je formule le souhait que ma propre mésaventure serve, aujourd’hui tant aux entrepreneurs innovants qu’aux dirigeants de nos Grands Groupes, d’exemple et que, rapidement, se mettent en place les bonnes pratiques pour qu’émergent des entreprises solidaires pour une France compétitive !

 

Rappel des faits de l’expérience de MyID.is Certified avec le Groupe La Poste :

Début juin 2009, mon entreprise est contactée par la DIDES (Direction de l’innovation et du développement des e­services au niveau corporate du Groupe La Poste), qui se déclarait intéressée par une collaboration, pour développer un projet de certification d’identité numérique, dans le cadre de « l’Appel à projets sur les services innovants du web » lancé par Nathalie Kosciusko­-Morizet, secrétaire d’Etat chargée de la Prospective et du Développement de l’économie numérique sous Nicolas Sarkozy.

L’idée centrale de ce projet était en effet de reprendre le système de vérification de MyID, pionnière sur le domaine de la certification de l’identité numérique depuis 2007 avec plusieurs milliers d’utilisateurs inscrits dans 37 pays, en l’améliorant grâce à la capacité de La Poste de mobiliser sa flotte de facteurs, afin de délivrer « une identité numérique certifiée en lien avec l’identité réelle ».

Cela semblait une opportunité à ne pas manquer, et le 15 septembre 2009, nous avons eu la joie de faire partie des 44 lauréats de cet appel à projet. Cela signifiait pour nous la possibilité de passer à une autre étape dans le développement de notre activité en réalisant, entre autres, une expérimentation grandeur nature sur l’ensemble du territoire de l’Essonne.

Le 17 mars 2010, nous commençons notre première réunion de travail, soit six mois après avoir été lauréat…

Un premier projet d’accord de consortium, rédigé par La Poste, ne commence à circuler qu’à partir du 9 avril 2010.

Entre mars et juin 2010, nous nous rencontrons régulièrement pour définir le cadre de l’expérimentation repris par la DAIC (Direction des Activité Internet du Courrier du groupe La Poste), et la valeur ajoutée résultant de notre collaboration qui fait partie des propriétés intellectuelles communes.

Il faudra ensuite attendre la fin de l’année 2010 pour avoir les éléments nécessaires au développement de la plateforme d’expérimentation dont la première version sera livrée en deux mois !

Il nous aura donc fallu 1 an après avoir été lauréat pour créer la première version du site…

Le 31 mars 2011, l’accord de consortium est signé, soit après presque deux années !

S’en suit le début d’une très longue série de problèmes, tous plus ubuesques les uns que les autres, que je ne listerai pas ici, et qui débouchera sur la fin de notre collaboration.

Enfin, moins d’un mois après notre éviction du consortium, courant Novembre 2011, le Groupe La Poste lance sa propre plate­forme de certification de l’identité numérique qui n’a pas de spécificité par rapport au projet développé avec MyID au sein du consortium.

A la réflexion et d’un point de vue purement factuel, je ne peux que m’interroger sur les intentions initiales du Groupe La Poste lorsqu’il nous a demandé de participer à ce projet…

 

Charles Nouÿrit

Fondateur & PDG
MyID.is Certified
charles@myid.is

Je vous propose d’utiliser #CGGJEI pour suivre les conversations.

(*) EDIT 13/02/2013 : FriendsClear avec Renault et Crédit Mutuel Arkéa a été résolue depuis

Share Button
Tagged , , , , , , ,

VENDUE !!!!! Harley-Davidson XL1200X Forty Eight de juin 2011

Share Button

A VENDRE Harley-Davidson XL1200S Modèle 48 de juin 2011

La vie réserve de belles surprises et elle m’en a réservé une belle il y a 1 an déjà. Du coup, je pars développer mes activités professionnelles au Québec pour plusieurs mois. Et plutôt que de laisser pourrir ma moto dans un garage en attendant un éventuel retour de ma part, histoire de lui rappeler qu’une moto et surtout une Harley c’est fait pour vivre sur la route et se fondre avec son motard, je me sépare de mon Sportster Forty-Eight avec son look unique directement inspiré des Sportsters des années 48, quand le réservoir Peanut a fait son apparition.

Il s’agit d’un 1200cc pour 260 kilos, cette machine est d’une très grande maniabilité, un parfait équilibre entre ce que le vintage offre de cachet et ce que la technologie apporte à la machine grâce à son injection. Plus basse que les autres 1200 de la gamme, une selle totalement rétro, sa position de conduite est très agréable, avec son centre de gravité rabaissé, que ce soit pour de longues balades sur les petites nationales de France ou sur l’autoroute. Elle se faufile aussi partout avec ses rétroviseurs inversés qui permettent de passer sans encombre lorsque l’on remonte les files d’embouteillages, annoncé par le doux ronronnement du fameux bruit Harley, mis en valeur par les pots Kess-Tech qui peuvent être ouverts ou fermés d’un simple tour de clef, histoire de ne pas trop déranger ses voisins. Comme le disent les flics de Chicago qui roulent en échappements libres dans leur ville : « Loud pipes save life ».

Après avoir installé les pots, il était tout naturel de la passer en Stage 1, histoire de bénéficier de 20% de couple de plus que la version sortie d’usine (version Stock), donc modification de l’injection avec une cartographie Screaming Eagle Performance Parts et, enfin, changement des poumons de la machine pour qu’elle puisse libérer pleinement sa puissance nouvellement acquise. Je lui ai donc mis un filtre à air beaucoup plus gros, toujours de chez Screaming Eagle Performance Parts.

Après, viennent les finitions et autres petits détails qui rendent cette moto unique. Bien évidemment, déport de la plaque à l’arrière de la machine, modification des poignées et des cale-pieds avant et arrière par la série Diamond en aluminium, rajout d’une sacoche latérale Old School pour stocker le pantalon de pluie et quelques bricoles toujours utiles quand on fait de la route, déport du compteur sur le côté gauche du réservoir (à l’ancienne) pour dépouiller le haut de la fourche et modification de la position du phare pour l’inclure un peu plus dans la fourche, ce qui lui donne un look encore plus compact. Et pour finir, marquage du lettrage Harley-Davidson en blanc. J’avais plein d’autres modifications de prévues, si ça vous intéresse, je vous montrerai la liste et comment les commander.

Bref, vous l’aurez compris, j’illustre bien la maxime : « la différence entre les enfants et les adultes, c’est le prix de leurs jouets ». Et ce Sportster est un vrai jouet qui n’attend que vous !

 

La moto a environ 10200 km au compteur, première main, lavée et bichonnée toutes les semaines, n’a jamais dormi dehors, sous garantie Harley encore 1 an, carnet de révisions à jour et tamponné, autant utilisée dans Paris que sur route, son rodage a été fait en une étape de 800 km d’autoroutes.

Plus de 4000 € de customisation :
– Stage 1 avec cartographie Screaming Eagle Performance Parts
– Pots Kess-Tech avec réglage du bruit
– Filtre à air Performance Parts de Screaming Eagle
– Selle vintage HD
– Poignées et cale-pieds avant et arrière Diamond Series
– Sacoche latérale
– Déport du compteur sur le côté
– Déport de plaque latérale avec plaque custo
– Kit d’intégration du phare dans la fourche
– Suppression des catadioptres de fourche
– Marquage en blanc des pneus HD
– Filtre à air et support compteur d’origine disponibles

 

A VENDRE 15 000 12 000 €

A VENDRE Harley-Davidson XL1200S Modèle 48 de juin 2011 plse RT http://t.co/dtX0JG1p

@Charles_Nouyrit: A VENDRE Harley-Davidson XL1200S Modèle 48 de juin 2011 plse RT http://charles.nouyrit.com/2012/06/13/a-vendre-harley-davidson-xl1200s-modele-48-de-juin-2011/

@Charles_Nouyrit: A VENDRE Harley-Davidson XL1200S Modèle 48 de juin 2011 plse RT http://charles.nouyrit.com/2012/06/13/a-vendre-harley-davidson-xl1200s-modele-48-de-juin-2011/

@Charles_Nouyrit: A VENDRE Harley-Davidson XL1200S Modèle 48 de juin 2011 plse RT http://charles.nouyrit.com/2012/06/13/a-vendre-harley-davidson-xl1200s-modele-48-de-juin-2011/

@Charles_Nouyrit: A VENDRE Harley-Davidson XL1200S Modèle 48 de juin 2011 plse RT http://charles.nouyrit.com/2012/06/13/a-vendre-harley-davidson-xl1200s-modele-48-de-juin-2011/

@Charles_Nouyrit: A VENDRE Harley-Davidson XL1200S Modèle 48 de juin 2011 plse RT http://charles.nouyrit.com/2012/06/13/a-vendre-harley-davidson-xl1200s-modele-48-de-juin-2011/

@Charles_Nouyrit: A VENDRE Harley-Davidson XL1200S Modèle 48 de juin 2011 plse RT http://charles.nouyrit.com/2012/06/13/a-vendre-harley-davidson-xl1200s-modele-48-de-juin-2011/

@Charles_Nouyrit: A VENDRE Harley-Davidson XL1200S Modèle 48 de juin 2011 plse RT http://charles.nouyrit.com/2012/06/13/a-vendre-harley-davidson-xl1200s-modele-48-de-juin-2011/

@Charles_Nouyrit: A VENDRE Harley-Davidson XL1200S Modèle 48 de juin 2011 plse RT http://charles.nouyrit.com/2012/06/13/a-vendre-harley-davidson-xl1200s-modele-48-de-juin-2011/

@Charles_Nouyrit: A VENDRE Harley-Davidson XL1200S Modèle 48 de juin 2011 plse RT http://charles.nouyrit.com/2012/06/13/a-vendre-harley-davidson-xl1200s-modele-48-de-juin-2011/

@Charles_Nouyrit: A VENDRE Harley-Davidson XL1200S Modèle 48 de juin 2011 plse RT http://charles.nouyrit.com/2012/06/13/a-vendre-harley-davidson-xl1200s-modele-48-de-juin-2011/

Share Button

1 an déjà…

Share Button

Un an, un an déjà que je me suis rendu à cette conférence où je ne voulais pas y aller pour cause de conflit d’agenda professionnel,
Un an que mes amis Claude Malaison, Philippe Martin et Michelle Blanc ont achevé de me convaincre de venir faire une présentation au Webcom 2011 à Montréal comme speaker,
Un an que Toi, journaliste-chroniqueuse pour Le Labs diffusé sur Vox, a choisi de me rajouter à la liste de tes interviewés après avoir lu le résumé de ma présentation dans le catalogue de la conférence,
Un an que Philippe Fehmiu a décidé de Te laisser sa place pour m’interviewer,
Un an que la maquilleuse te préparant pour l’interview, T’a glissée à l’oreille en rigolant : « Et si tu rencontrais un Geek durant cette conférence ? »
Un an que Tu l’as regardée, interloquée : « Un Geek ??!!??? non mais sérieusement… »
Un an que je me suis rendu à cette interview encore ignorant,
Un an que je T’ai vu m’accueillir avec cette immense sourire qui t’illumine,
Un an qu’alors collés coude-à-coude sur la table de bar pour l’interview, Norman, ton réalisateur est venu me voir en me demandant de « bien vouloir me décoller de sa chroniqueuse »,
Un an que je n’ai aucun souvenir de ce que j’ai pu dire durant cette interview, tellement mon âme et mon cœur ont été happés par ton regard et ton sourire.
Un an que mon ami Bertrand Duperrin a eu le génie d’immortaliser ce moment,
Un an que je suis devenu ton chum et toi ma blonde, et que j’apprends tous les jours que l’on ne peut pas parler en public de peloter sa femme, de gosses, de boules et autres niaiseries,
Un an qu’à tes côtés j’ai enfin compris véritablement ce qu’aimer et avoir trouvé sa moitié veulent dire,
Un an que depuis ce 11 mai 2011 je fais presque tous les mois, le cœur palpitant, ce saut de puce au dessus de la Grande Marre qui nous sépare,
Un an que quitter cette France que pourtant j’aime tant est devenu une évidence, à tel point qu’elle me semble aujourd’hui ce boulet qui ralenti nos retrouvailles,
Un an…!!! que cette année fut belle et douce.

Merci à Toi qui partage aujourd’hui ma vie et qui me donne envie de crier publiquement mon amour pour toi !
Merci aussi à tous mes amis et autres anges gardiens qui ont contribué à cette rencontre improbable et miraculeuse.

Great interview for #Lab @VoxTV during WebcomMT by Marie-Eve-Lyne Michel

Share Button